Légumes d’été

L’interdiction de vente hors saison fait débat

12 mai 2020 - Erwan Le Fur

L'Interprofession des fruits et légumes frais (Interfel) vient de publier un sondage sur la perception des Français quant à l’interdiction de la vente hors saison des légumes d’été et les changements que cette mesure a induits dans leurs habitudes de consommation.

 

L’interdiction de commercialisation entre le 21 décembre et le 30 avril des légumes bio cultivés en serres chauffées s’applique aux tomates, aux aubergines, aux concombres, aux courgettes et aux poivrons.

L'Interprofession des fruits et légumes frais (Interfel) a publié le 5 mai les résultats d’une étude consommateur menée en février 2020 pour évaluer la perception des Français à propos de l’interdiction de la vente hors saison des légumes bio d’été (aubergines, concombres, courgettes, poivrons et tomates), cultivés en France sous serres chauffées.

Une décision prise en juillet dernier par le Comité national de l’agriculture biologique (Cnab). Dans ses conclusions, le comité a également décidé d’imposer aux exploitations entrant en conversion à compter de janvier 2020, le recours à des énergies renouvelables pour chauffer les serres. Pour les exploitations en conversion ou certifiées AB avant cette date, cette obligation entrera en vigueur en janvier 2025.

Une mesure peu connue des Français

Le sondage commandé par Interfel au cabinet CSA a été réalisé auprès de 1 000 individus représentatifs de la population de 18 ans et plus. Ses résultats montrent que seulement 13 % des français déclarent avoir connaissance de la règlementation interdisant la commercialisation des produits bio français issus de serres chauffées entre le 21 décembre et le 30 avril, et savoir précisément de quoi il s’agit.

Si quatre français sur dix comprennent l’objectif de cette règlementation en matière de respect de l’environnement (73 % y sont d’ailleurs favorables), « 43 % ne savent pas ou n’ont pas fait attention au fait que les produits concernés n’étaient pas disponibles en bio d’origine France en points de vente à cette période », pointe Interfel.

La majorité des consommateurs joue le jeu

L’interprofession, dont on comprend bien, en creux, qu’elle n’est pas du tout en phase avec la décision du Cnab, rapporte que « 30 % des consommateurs déclarés de produits bio d’origine France concernés par la mesure au cours du dernier mois auraient orienté leurs achats vers les mêmes produits en non bio et 9 % vers des produits bio non français ». Parmi les personnes interrogées, 8 % auraient par ailleurs limité leur consommation de fruits et légumes frais.

Quid des autres répondants ? Sollicitée par Circuits Bio, Interfel précise que près de la moitié des personnes interrogées (46 %) ne trouvant pas les légumes bio visés par l’interdiction de vente hors saison ont reporté leur consommation vers d’autres légumes issus de l’agriculture biologique ou non. Rappelons que sur la question des serres chauffées, nombre d’enseignes spécialisées (Biocoop, Biomonde, La Vie Claire, L’Eau Vive, Naturalia ou encore NaturéO) ont tranché en prenant la décision de bannir tout net les fruits et légumes issus de ce type de cultures.