Données Nielsen

Covid-19 : 81 % de croissance pour le drive

5 mai 2020 - Erwan Le Fur

Le panéliste Nielsen vient de publier les chiffres de consommation dans les grandes surfaces du 20 au 26 avril. Ces données confirment la forte appétence des Français pour la livraison à domicile, le drive et les magasins de proximité. Les chiffres en détail.

 

 

La dernière livraison des chiffres Nielsen confirme la tendance lourde déjà observée dans la distribution alimentaire depuis le début du confinement : les Français achètent plus et délaissent les hypers. La semaine du 20 au 26 avril, les ventes en grandes surfaces ont augmenté de 6 % par rapport à la même semaine l’année dernière.

Cette croissance est tirée par les magasins de proximité, aussi bien zone urbaine que rurale (+ 20 %) mais surtout par le e-commerce. Selon les données de Nielsen, les ventes de la livraison à domicile ont plus que doublé sur cette période (+ 117 %) et le drive a progressé de 81 %.

Une tendance à rapprocher de ce qu’on observe dans les magasins bio où le click & collect connaît une progression elle aussi phénoménale. En témoignent les déploiements tous azimuts du service dans les magasins Biocoop, Biomonde, La Vie Saine et NaturéO ou encore Satoriz pour ne citer que ces enseignes.

Les tops et les flops des rayons
 

Durant cette sixième semaine de confinement, ce sont les produits surgelés sucrés qui affichent les meilleures progressions en grande surface (53 %). En cause, selon Nielsen, la météo estivale qui semble avoir dopé l’appétit des Français pour les cônes et autres bâtonnets glacés (+ 64 % de croissance sur ces seuls produits). Le panéliste rapporte également de fortes augmentations des ventes aux rayons des produits surgelés salés (18 %), de la crèmerie (16 %) et de l’épicerie salé (13 %).

A l’inverse, l’hygiène beauté recule de 15 %. A noter quand même les très bons résultats des savons de toilettes (+ 58 %) et des crèmes dépilatoires (+ 63 %) qu’on trouve dans le top 10 des produits les plus vendus à deux semaines de la fin du confinement. Ce dynamisme ne permet toutefois pas au rayon de se maintenir. Le maquillage visage et les produits coiffants comptent parmi les cosmétiques en plus fort recul (- 44 %).